Le Curieux printemps de La Vache Rebelle fut une réussite.

La foule, le soleil et les musiques étaient au rendez-vous du 20 mai sur les quais bas rive-gauche. Notre tente n’a pas désempli.

Désormais, tout reste à faire

Un grand merci à ceux qui ont déjà fait un don sur Hello Asso. Aux autres, nous ne saurions trop conseiller d’y faire un tour. Cela pourrait faire du bien à leurs impôts l’année prochaine.

Nous avions recruté 30 musiciens amateurs des quartiers populaires de l’agglo qui ont suivi, grâce à la Ville de Rouen et son Curieux printemps, l’équivalent d’une master classe, au cours de 5 répétitions générales dirigées par un brillantissime professeur, le clarinettiste Laurent Dehors. Et le 20 mai sur les quais bas rive gauche, ils ont superbement interprété la musique de Laurent Dehors (en trio ce jour-là avec Franck Vaillant à la batterie et Gabriel Gosse à la guitare sept cordes). Ca n’a pas échappé au quotidien régional.

 

Des balades un peu comme celles qu’on joue depuis deux siècles dans les harmonies du Nord, des éruptions festives un peu funk, comme savent en produire les bandas gasconnes ou catalanes… Bref de la belle musique vivante, tendre ou trépidante, déroutante quelquefois, mais pas absconse, donc populaire sans démagogie. Tout ce qui plait à la Vache Rebelle.

Et sous la tente, nos spécialités gastronomiques, 80 litres de bière et des musiciens de la Fanfare Éphémère venant faire le bœuf avec les deux musiciens à qui nous avions demandé de tenir un atelier de percussions. Cédric David avec sa batterie et Olivier Hue qui avait aussi amené sont oud !

Bref, nous avons, ce 20 mai, sur les quais, pleinement répondu à notre vocation et montré ce que nous savons faire.

Pas sans mal, car, la Ville de Rouen ayant financé le seul travail de Laurent Dehors, nos recettes du bar le jour J ne couvrent pas les dépenses engagées.

Après cet  événement participatif, nous avons plus que jamais besoin de votre participation, amies d’ici et d’ailleurs, pour pouvoir continuer à prévoir des événements culturels de grande qualité pour tous, de la découverte de la gastronomie, de la diffusion de spectacles hors des grandes villes bien équipées.

Un grand merci à ceux qui ont déjà fait un don sur Hello Asso. Aux autres, nous ne saurions trop conseiller de visiter ce lien (ou de le copier dans votre navigateur) : cela pourrait faire du bien à vos impôts l’année prochaine :

https://www.helloasso.com/associations/la-vache-rebelle/collectes/pour-la-creation-d-un-cabaret-rouennais-populaire-de-grande-qualite

 

 

 

 

 

 

 

Pour la création d’un cabaret rouennais, populaire, de grande qualité

Nous aider à lutter contre les inégalités culturelles

En Seine-Maritime, dans les agglo de Rouen ou Le Havre particulièrement, l’offre culturelle est abondante. Un public nombreux et averti fréquente de belles salles de spectacles, des écoles de musique, des fanfares, des chorales, des clubs de peintures et… des restaurants gastronomiques. Mais ces équipements ou entreprises sont essentiellement fréquentés par des enseignants, des cadres actifs ou en retraite, en gros la classe moyenne intellectuelle.

Des inégalités culturelles inacceptables

Une inscription annuelle à un cours d’instrument, dans une école de musique municipale, coûte environ 400 euros. Les employés et les ouvriers au SMIC, les étudiants, les précaires, les travailleurs en recherche d’emploi, ne peuvent évidemment pas se le permettre ni en faire profiter leurs enfants. Ils constituent la classe sociale la plus nombreuse mais se contentent en termes de pratiques culturelles de la télé, de la musique dans le téléphone et, en guise de sortie, des brasseries des zones commerciales après les courses du samedi après-midi.

On peut leur dire que la lecture ou l’écriture ne coûtent pas cher, c’est vrai, mais ils gardent souvent un trop mauvais souvenir de l’école pour avoir encore des envies de ce côté-là.

Au-delà même des considérations économiques et éducatives, ils sont victimes du mépris de ceux qui se considèrent comme l’élite et se prévalent de leur « culture ».

Mais leur position sociale ne les empêche pas d’avoir beaucoup de choses à dire, et avec talent !

Tout le monde a le droit de vivre des émotions artistiques et d’en produire

Nous voulons créer un lieu, fixe ou pas, pour diffuser des spectacles accessibles à tous et de grande qualité ; un lieu pour permettre à des jeunes talents de s’exprimer et aux professionnels de la culture de les repérer pour leur donner une chance de succès. Un lieu pour que des jeunes apprennent la nutrition, la gastronomie ou les langues étrangères. Un lieu de rencontres, de débats, d’expos et d’ateliers. Un lieu pluriculturel, multicolore, passionnant et passionné, accessible à tous (y compris à ceux qui en ont les moyens !) : un cabaret populaire ouvert, coopératif, théâtral, participatif, musical, insoumis, poélitique, gastronomique, alternatif, écologique, délirant, différent, dissident, dansant, délicieux, amateur, déchainé, épastrouillant, allumé…

 Un cabaret pour faire la fête aux idées, aux arts et aux papilles

Aidez-nous à lutter contre les inégalités culturelles. Nous avons besoin de 10 000 euros seulement pour :

• Payer un cachet aux artistes qui vont animer un atelier de percussions le 20 mai sur les quais bas rive-gauche

• Régler la Sacem après les concerts

• Acheter un petit frigo pour les bars en plein air

• Louer les salles pour nos activités de préfiguration.

• Nous déplacer en France pour visiter des lieux comparables.

• Nous assurer en responsabilité civile

• Rembourser les déplacements des bénévoles.

• …

Les Pouvoirs publics ont quasi disparu de la vie associative

Évidemment, nous pourrions demander des subventions aux collectivités territoriales. Mais la Métropole rouennaise s’occupe peu de culture en dehors des musées, le Département fourni 30 % du coup d’une opération, quid du reste ?  Les villes n’ont pas de sous, disent-elle. Les fondations des boîtes mutualistes ou capitalistes, nous feraient perdre notre indépendance.

D’ailleurs, les associations qui comptent sur les seules collectivités publiques pour fonctionner ferment les unes après les autres.

Nos deux pieds hors des sabots

Nous ne restons pas les deux pieds dans le même sabot. Un coup d’œil sur le site www.lavacherebelle.org vous en dira davantage sur nos activités passées et en cours. Et nous avons une foule de projets, d’animation autour de la musique amateur le 20 mai prochain, de manifestations autour de la gastronomie avec un chef militant, de cinéma forain avec les gens du voyage, d’une soirée cabaret en tournée à la campagne…

 Après l’association, une coopérative

Nous voulons prouver que notre projet est viable. Ensuite, viendra le temps de créer une entreprise pour rentabiliser un investissement dans un lieu, fixe ou pas. Les idées ne manquent pas !

Pour participer à la création d’un cabaret rouennais, populaire, de grande qualité, c’est par ici 

Ne vous cassez pas la tête,  Donnez à la hauteur de vos moyens, même s’ils sont petits (Vous savez, ce sont les petites rivières, etc.). Et sachez que pour 100 euros donnés, vous aurez 66 % de réduction sur vos impôts. Pas 66 % de revenus en moins à déclarer, 66 euros d’impôts sur le revenu à payer en moins. Nous vous enverrons un reçu fiscal.

Nous recrutons des musiciens amateurs pour la Grande Fanfare Éphémère du 20 mai à Rouen

Il n’est pas trop tard ! Vous êtes saxophoniste, tubiste, trompettiste, flutiste, clarinettiste, soubassophoniste, percussionniste… et vous avez envie de connaître une expérience musicale unique avec un artiste réputé et superbement pédagogue. Regardez ci-dessous deux minutes de la première répétition et inscrivez-vous en envoyant un message à contact@lavacherebelle.org. Nous vous renverrons les partitions et les sons des morceaux en préparation.

Les quatre prochaines répétitions sont comme 4 master-classes réservées à des musiciens amateurs. Et c’est gratuit !

Elles vont permettre à la Grande Fanfare de se préparer au concert du 20 mai, sur les quais bas Rive-gauche de Rouen, dans le cadre de Curieux Printemps (saison culturelle de la ville de Rouen).

Sous la direction de
Laurent Dehors : Compositions. Saxophone, ténor & soprano, clarinettes Bb, basse, contrebasse

Avec l’aide de :
Franck Vaillant : Batterie, batterie électronique et percussions
Gabriel Gosse : Guitare sept cordes

Dates des répétitions

Ces répétitions sont ouvertes à la famille des jeunes musiciens et aux habitants proches des lieux de répétition, car entendre le chef d’orchestre dire pourquoi il faut reprendre à telle mesure pour faire autrement, en apprend plus sur la musique que des années d’écoute d’œuvres parfaitement exécutées.

Durée 3 ou 4 heures. Entrée libre dans la mesure des places disponibles et dans le respect des travaux de la répétition. Ouverture du bar à l’issue des travaux. 

24 mars 2018

Centre André Malraux, Rouen la Grand-Mare – 14 h

21 avril 2018

Trianon Transatlantique, 114 av du 14 juillet Sotteville-lès-Rouen – 14h

5 mai 2018

Espace
Guillaume le Conquérant, rue des Haies
Bois Guillaume
- 14h

19 mai 2018

Lieu à préciser 14h